Actualités Ateliers Cinéma
-A +A

L'Amour debout de Michaël Dacheux

L'Amour debout, long métrage de fiction de Michaël Dacheux,  qui dirige depuis plusieurs années l'Atelier Réalisation de L3 "Lieux en quête de fictions", sort en salles le 30 janvier prochain.

Il sera projeté en avant première à la Cinémathèque Française le lundi 28 janvier à 19h. Réserver ici : http://www.cinematheque.fr/seance/30950.html

Et au MK2 Beaubourg le 29 janvier à 20h. Réserver ici : https://www.mk2.com/evenements/avant-premiere-lamour-debout

L’AMOUR DEBOUT
Un film de Michaël Dacheux

France - 2018 - 83 min

Martin, dans un dernier espoir, vient retrouver Léa à Paris. Ils ont tous deux vingt-cinq ans et ont vécu ensemble leur première histoire d’amour. Désormais, chacun s’emploie à construire sa vie d’adulte.
Avec :
Paul Delbreil, Adèle Csech, Samuel Fasse, Jean-Christophe Marti, Thibaut Destouches, Shirley Mirande, Pascal Cervo et Françoise Lebrun

Perpective Films / Épicentre Films

SORTIE NATIONALE
30 janvier 2019

« Pour filmer ces jeunes gens, il fallait une mise en scène à leur image, élégante, épurée et sans effets appuyés, généreuse avec le spectateur, qui le laisse libre de ses émotions, libre de se laisser porter par la musicalité du film, de s’y retrouver au gré de ses propres souvenirs de jeunesse, comme dans les grands romans d’apprentissage. » À propos du film, par les cinéastes de l’ACID

« Michaël Dacheux dépeint avec justesse, notamment grâce à des comédiens pleins de fraîcheur, le parcours initiatique de deux jeunes gens après leur première idylle. » « Les personnages sont assemblés en un ballet ou un puzzle délicat. » Élisabeth FRANCK-DUMAS – LIBÉRATION

« Au gré des rencontres, L'Amour debout délaisse les étapes du récit d'apprentissage classique pour ciseler une pièce musicale » Charlotte GARSON – ÉTUDES

« Premier film de Michaël Dacheux et peut-être l'un des meilleurs vus sur la Croisette cette année. (...) plus que prometteur (...) Un regard très contemporain sur nos amours qui tutoie l'intemporel en convoquant entre autres excellentes surprises la sublime Françoise Lebrun, qui interprète avec une infinie gourmandise son propre rôle. » Xavier LEHERPEUR – LA SEPTIÈME OBSESSION

L'Amour debout « capte quelque chose de secret dans le Paris d'aujourd'hui, et s'ouvre aux trajectoires bigarrées de ses personnages » Mathieu MACHERET– TRAFIC

« L’Amour debout est un film qui cache bien sa profonde mélancolie. Porté par la grâce de ses comédiens, la délicatesse de leurs attentions les uns aux autres, une fantaisie assumée (…) Michaël Dacheux filme avec tendresse des personnages en (re)construction, saisissant parfaitement ce frisson qui relie doute et liberté. » Laurence REYMOND – catalogue Entrevues BELFORT 2018

«  On retrouve chez Michaël Dacheux, non sans une certaine émotion, le charme absolument pas démodé de ces histoires dont la profondeur se cache derrière une apparente légèreté. » Jean-Jacques CORRIO – CRITIQUE FILM

«  La grande qualité du film est de ne pas faire de l'apprentissage un simple motif de récit (...), mais d'être à lui-même son propre terrain d'apprentissage et d'affirmation. (...) la façon dont le fim aborde la question récurrente de la précarité fait preuve d'autant de noblesse que de malice. (...) noblesse que de dépeindre ces personnages comme autant de passeurs de savoirs (...), quand bien même ils se cherchent encore. (...) Martin est saisi à l'indistincte et attachante croisée des chemins entre vocation et transmission, que L'Amour debout scrute avec toute sa délicate attention. » Joachim LEPASTIER – CAHIERS DU CINÉMA

«  C'est tout le charme entêtant de L’Amour debout, sa contemporanéité, que de faire pénétrer le réel, l'événement comme le non-événement, dans un apparent marivaudage, se heurter des dialogues, de prime abord un peu solennels, avec des échanges terriblement concrets (...), frontaux (...). (...) Michaël Dacheux sait saisir les plus légères pulsations, amoureuses ou sociologiques, dessiner des personnages et des situations par touches fines, les faire vivre, au détour de plans plus complexes qu'il n'y paraît, en suivant ce fil musical tendu dès le début du film qui finit, en coeur avec les personnages, par donner envie de chanter » Jérôme D'ESTAIS – LA SEPTIÈME OBSESSION

Festivals :

– Prix Films en cours au Festival Entrevues de Belfort – décembre 2017

– Sélectionné à l’ACID Cannes 2018

– Rencontres cinématographique In&Out de Nice 2018

– Festival Queer Lisboa 2018

– Festival Indépendances et création Auch Ciné 32

– Festival international du film de Flandre-Gand 2018

– Mostra de Sao Paulo, New Directors Competition 2018

– Festival Entrevues de Belfort, Premières Fictions Françaises  2018

– Pink Screens Bruxelles 2018

– Torino Film Festival 2018